Interview de Corentin Emery, responsable du Mouvement Bouge Ton Coq

Prix de l’Innovation Rurale, mais aussi vision de la ruralité et opérations en cours, Corentin Emery, responsable de Bouge Ton CoQ nous en dit plus sur ce mouvement citoyen d’avenir qui agit concrètement pour nos campagnes. 

 

Monsieur Emery pouvez-vous présenter le Mouvement Bouge Ton Coq ?

 

Bouge ton CoQ! est un mouvement d’intérêt général qui réunit citoyens, entreprises et pouvoirs publics pour faire de la ruralité une grande cause nationale en agissant tous ensemble de manière très concrète pour écrire le futur du village. Mobilisation nationale pour action locale : c’est à la fois notre vision et notre méthode d’action. Nous concevons, finançons par le don et mettons en oeuvre des opérations qui permettent d’apporter des services concrets qui correspondent aux attentes, aux ressources et aux besoins des territoires ruraux. 

 

Vous co-organisez le Prix de l’Innovation Rurale. Un mot sur cette initiative ?

 

Oui, et nous en sommes très fiers ! Nous sommes pleinement engagés pour que cette première édition soit suivie de plusieurs générations d’entrepreneurs du bien commun dans les villages. Le Prix de l’innovation rurale est une formidable initiative qui permet de mettre en lumière ceux qui se bougent dans les espaces ruraux et de lier des mondes qui ne se connaissent pas assez bien : la recherche, la société civile, les entreprises et les pouvoirs publics. Donner un visage à la ruralité et mobiliser les énergies dans les villages, c’est notre vision à Bouge ton CoQ! 

 

Les atouts de la ruralité sont nombreux:  aménités environnementales, sociales et patrimoniales, agilité des acteurs… Qu’est-ce qui lui manque aujourd’hui ?

 

Un coup de pouce et une plateforme qui permette aux acteurs de la ruralité entreprenante de se retrouver pour tisser des liens et mutualiser leurs ressources. Le Prix de l’innovation rurale est l’un de ces lieux de rencontre et d’échange. Les ressources de la ruralité sont moins à implanter qu’à révéler. Pour cela, il est primordial de pouvoir lui donner un visage, aussi divers et engagé que le sont nos territoires, et de créer de nouvelles formes de collaboration entre les forces vives des ruralités. 

 

Bouge Ton Coq a pour devise « le futur s’écrit au village ». Ce futur, dans la ruralité, comment le voyez-vous ?

 

Notre voeu le plus cher c’est que les citoyens aient les moyens de se prendre en main pour construire, avec les entreprises et les pouvoirs publics, un quotidien qui correspond à leurs désirs de vie bonne. C’est ce que nous entendons à travers la formule “économie sociale de proximité” ; ouvrir une voie de sortie entre le fantasme des Trente Glorieuses et le désir manifeste de bâtir les Trente Heureuses dans lesquelles le village est un élément fondamental. Nous voyons le don comme le principal outil de cette reprise en main car il repose sur le consentement, il est accessible à n’importe quel citoyen, quel que soit son niveau de vie, et il permet de prendre part de manière très concrète à l’économie de son territoire de manière démocratique, concertée. 

 

Pour conclure, un mot sur l’opération « Qu’est-ce qu’on attend ? » 

 

Pendant le premier confinement, nous avons lancé l’opération “C’est ma tournée !” avec l’Amrf, rapidement rejoints par la marque C’est qui le patron ?!. Cela consistait à apporter une aide directe de 1500€ aux commerçants, artisans et producteurs locaux pour leur permettre de traverser la crise, en complément des aides publiques lorsqu’elles étaient disponibles. Cette opération défensive, qui a permis de soutenir plus de 300 commerçants dans presque 150 villages – et récompensée par le Prix de la solidarité civile de l’Union Européenne – nous a offert un point de vue très documenté sur les difficultés du commerce de proximité dans les villages. Plus d’une commune rurale sur deux n’a aucun commerce !

 

Alors nous avons décidé de lancer une opération, offensive celle-là, qui permette de résoudre ce problème de manière durable : ouvrir 2000 épiceries associatives dans nos villages. Nous avons monté un collectif avec l’Amrf, Monépi, C’est qui le patron?! et Commune Opportunité afin d’apporter une solution clef en main aux maires et aux citoyens qui souhaitent ouvrir une épicerie dans leur village. Bouge ton CoQ! orchestre la collecte de fonds et l’appel à projets, Monépi offre la solution digitale qui permet de gérer tous les aspects de la vie de l’épicerie, l’Amrf incite ses membres à fournir des locaux gratuitement aux associations pour installer l’épicerie et C’est qui le patron ?! référence ses produits responsables. C’est un nouveau modèle de commerce, à but non-lucratif, qui profite à toute l’économie du territoire : il n’y a aucune charge car chacun donne deux heures de son temps par mois pour faire tourner la boutique, il n’y a aucune marge distributeur donc les denrées sont achetées en circuit-court de proximité et au juste prix auprès des producteurs et des agriculteurs, cela réduit de 85% les émissions de CO2 pour faire ses courses de première nécessité et cela créé du lien social. Nous envisageons ces épiceries comme l’épicentre de la renaissance des villages. 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *